Principalement utilisées par les multinationales, mais également présent dans des regroupements de PME, les CSP consistent à mutualiser les fonctions supports de plusieurs sites d’une même entreprise et/ou de plusieurs entreprises.

Voici un panel des activités d’un CSP :

– La mise sous pli des factures clients, comptabilité client

– Le scanning des factures fournisseurs, saisie, Comptabilité fournisseur

– Le traitement des notes de frais

– Le traitement des salaires

– Tout ce qui concerne l’édition et le routage de document

– La formation

Il n’existe pas de modèle unique, chaque organisation professionnelle, des régions, un groupe international, peut adapter le concept selon sa culture d’entreprise, ses besoins.

Par exemple, une grande entreprise cherchera à mutualiser les services supports de ses filiales (c’est le cas le plus courant aujourd’hui)

A l’avenir, on peut imaginer qu’une région favorise l’implantation d’un CSP pour densifier l’activité dans une commune,

Quelles sont les principales caractéristiques d’un CSP :

– Dans le cas d’une entreprise multinationale, Ils sont le plus souvent intégrés dans l’organisation interne du groupe, il ne s’agit alors pas d’une externalisation.

Exemple : la gestion de la paye

– Le périmètre d’activités est généralement limité aux activités comptables à un fort volume (traitement des factures clients, fournisseurs, la comptabilité générale, …)

– les contrats de services peuvent être très différents d’une entreprise à l’autre (tout dépend des besoins et objectifs de chacune)

– le  coût, la qualité, et les délais sont des indicateurs incontournables

Par exemple : le délai de mise en place d’une équipe chargée de la relance client, avant la fin de l’exercice fiscal.

Quels sont les avantages de la formule ?

Les réductions de coût ne doivent pas être le seul objectif, l’impact d’un CSP est plus large. C’est donc un projet qui nécessite une conduite du changement et une implication de la direction de l’entreprise.

Les points favorables :

– gains de productivité

– capacité d’évolution – y compris sur des opérations ponctuelles

– expertise et outils spécialisés déjà utilisés et mis en place

– accéder à des fonctions non présentes dans l’entreprise ou ne nécessitant pas des personnes à temps plein

– rapidité de mise en place

– Temps pour se consacrer à son cœur de métier

Les risques : 

– diminution de la relation avec le client

– risque de dépendance et perte d’expertise de maitrise et de savoir faire

– nécessite un pilotage rigoureux avec des indicateurs précis

– baisse de performance du prestataire sur la durée



CONSEIL PRATIQUE :

Toujours externaliser ce que l’on maitrise déjà :

– Pour être capable de négocier un bon contrat

– Pour avoir la possibilité de reprendre l’activité a tout moment en cas de problème

– Ne pas être « dépendant »

Bien que la gestion des comptes client fasse partie intégrante des fonctions dite « support », elle est en contact permanent avec les clients et les commerciaux, au cœur de l’activité de l’entreprise, ce qui rend difficile l’externalisation et qui peut s’apparenter à une « perte » de la relation client.

Cependant, pour être réalisé, le chiffre d’affaire doit être encaissé. Confier le recouvrement de vos créances à une société externe doit donc être très encadré et suivi.

Votre prestataire externe doit pouvoir vous apporter par ailleurs des ressources indisponibles dans votre organisation.

Les centres de services partagés
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :